mardi 2 mai 2006

Big Brother prend du poids

Un «complexe sécuritaro-industriel» européen, financé en partie par de l’argent public, est en train de se développer en dehors de tout contrôle démocratique. C’est du moins ce que dénoncent deux ONG européennes, le Transnational Institute et StateWatch, dans un rapport rendu public fin avril et intitulé Arming Big Brother.
Depuis 2004, l’Union européenne finance de la recherche en matière de technologies de surveillance et de contrôle. Objectif? Rivaliser à terme avec le fameux Department of Homeland Security (le département étasunien pour la Sécurité intérieure), en vue de doper la compétitivité du système militaro-industriel européen dont les ténors actuels, BAE Systems, Thales et EADS, se font damer le pion par les marchands de canons US.
Pour la première fois dans l’histoire de la recherche scientifique européenne, un budget sécuritaire spécifique sera débloqué pour financer un axe «Securité et Espace» inscrit au menu du 7e programme-cadre de l’Union européenne, la feuille de route de la recherche et du développement technologique des Vingt-Cinq pour la période 2007-2013. L’enveloppe prévue pour cet axe «Sécurité et Espace» est de plus de 2,8 milliards d’euros, soit plus d’argent que pour la recherche dans le secteur de l’énergie (2,2 milliards), de l’environnement (1,9 milliard) ou encore de l’alimentation (1,9 milliard). De plus, cette enveloppe ne représente qu’une partie du budget total de la recherche en matière de sécurité, soulignent les deux ONG.
«Fondamentalement, l’Union européenne finance la diversification du "complexe militaro-industriel" vers le secteur très profitable de la sécurité intérieure, explique Ben Hayes, l’auteur du rapport. La militarisation du maintien de l’ordre et des contrôles aux frontières n’empêchera pas le crime ou le terrorisme. Elle ne fait rien pour s’attaquer aux racines du problème alors qu’elle constitue une énorme menace pour les libertés civiles.»
Le rapport de 48 pages, en anglais, est disponible ici au format PDF.

A propos de l’émergence d’un «complexe militaro-industriel» européen, lire également le dossier d’Imagine (n°51, septembre 2005).

2 commentaires:

Dabdas a dit...

"Il faut surveiller les rues mon bon monsieur! On n'est plus en sécurité de nos jours! C'est Elio Di Rupo qui le dit..."

A lire également: les articles du sociologue français Denis Duclos "Ces industries florissantes de la peur permanente" ( http://www.monde-diplomatique.fr/2005/08/DUCLOS/12433 ) et "Qui a peur de Big Brother ?" ( http://www.monde-diplomatique.fr/2004/08/DUCLOS/11493 ) publiés en août 2005 et 2004 dans le Monde diplomatique.

David a dit...

Au fait, cet articulet est également lisible et commentable sur Agoravox :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=9341