jeudi 24 août 2006

Embryons d’e-journal

Voici deux petits clips d’entreprise qui pourraient bien en émouvoir plus d’un d’ici quelques années. Que montrent-ils? Deux prototypes différents d’e-paper (papier électronique) flexible. Deux candidats parmi d’autres dans la course technologique à l’après-papier.
Il manque encore la couleur, certes, mais la recherche avance. A grands coups de talons.

L’e-paper SVGA de Plastic Logic :



...et la diode électroluminescente organique (OLED) flexible de Universal Display:



Sans sombrer dans la technobéatitude – il est indéniable que les déchets électroniques constituent une menace écologique majeure pour les pays industrialisés –, rappelons tout de même que l’industrie du papier est une industrie lourde, gourmande en eau et polluante. Comme le résume Greenpeace, «on distingue deux types de pollutions: la pollution atmosphérique, due à des composés sulfurés, et la pollution de l’eau liée aux effluents et, en particulier, à l’usage du chlore».
Par ailleurs, selon une étude réalisée en 2001 par le Laboratoire fédéral suisse d’essai des matériaux, «du papier recyclé fabriqué en Allemagne avec des techniques ordinaires se révèle deux fois plus polluant que du papier à base de cellulose fraîche produit en Norvège». Autrement dit, le papier recyclé n’est pas toujours une alternative durable. Tout dépend essentiellement des sources d’énergie utilisées...


Sources vidéos: Jeff Mignon / Visual Editors/ YouTube.com

3 commentaires:

Aelius Philologus a dit...

Pour ma part, tout en étant sensible aux problèmes de pollution causés par la production de papier (sans parler de la déforestation), je n'en reste pas moins attaché à un livre ou à un journal en papier.
Ceci dit, il s'agit là d'une belle avancée technologique.
Aelius

David a dit...

Oui, moi aussi je préfère la sensualité d'un livre. Par contre, lire une presse quotidienne (bourrée d'infos hautement périssables) de façon dématérialisée sur une interface plastifiée et souple ne me dérangerait pas a priori. Cela dit, il reste à voir bien sûr les bilans écologiques de ces deux prototypes et leur coût financier...
Si l'on m'avait dit, il y a 10 ans, que je passerais autant d'heures à lire la presse sur un écran d'ordinateur, je ne l'aurais jamais cru. Une interface comme celles ci-dessus apportent le confort de la portabilité en plus. A tester!

Olivier G. a dit...

Je ne pense pas que ces technlogies remplaceraient un jour un roman - poche ou broché - mais pourrais être un beau gadget technologique à venir dans des milieux de navetteurs bureaucrates... Si cela peut réduire sensiblement l'impression journalière de quantité de quotidiens, au profit d'abonnement à ces mêmes quotidiens - en version électronique, tant mieux je pense! Á suivre...