lundi 11 septembre 2006

Nous, les médias

Il y a un mois, Canal+ rediffusait le reportage de l’émission Lundi Investigation sur les «citoyens journalistes», diffusé initialement en avril dernier. Dans «Tous reporters: la fin des journalistes?», Ariel Wizman et Laurent Lunetta livrent le fruit de leur enquête, réalisée en France, en Italie, en Angleterre et aux Etats-Unis, sur ces nouveaux réseaux en train de modifier drastiquement la donne informationnelle.
Au générique, de nombreux grands noms du mouvement dont Cyril Fiévet, Loic Le Meur, Dan Gillmor (auteur de la bible We The Media), Christophe Grébert, Joël de Rosnay et Carlo Revelli (Agoravox.fr), Alban Gonord et Joëlle Menrath (auteurs de Mobile Attitude) ou encore Bruno Patino (coauteur de Une presse sans Gutenberg).
Plusieurs extraits de cette émission, remontés en une séquence de 9 minutes, sont visibles grâce à DailyMotion, le YouTube frenchy:


Dans la même veine, et si l’anglais ne vous rebute pas, le documentaire de la Cambridge Community Television, intitulé «Citizen Journalism: From Pamphlet to Blog» (12 minutes) et diffusé pour la première fois le 10 août dernier, vaut également le coup d’œil (via Damien Van Achter) :


J’en profite pour saluer (tardivement) l’arrivée dans la blogosphère belge d’un honorable confrère qui, depuis bientôt un mois, blogue anonymement sous le pseudonyme de The Mole («la taupe», en français), mais donne tellement d’informations sur son profil qu’il est assez facile de l’identifier. Il s’agit d’une des plumes les plus progressistes d’un grand quotidien de la capitale qui s’octroie un espace de liberté rédactionnelle où la critique des médias et l’évolution du métier de journaliste font figure de piliers thématiques.

Enfin, si vous avez loupé le paquebot MySpace, ne manquez pas l’analyse prospectiviste que propose Benoît Raphaël sur son blog du modèle économique en devenir de la plateforme n°1 du social networking: «Ce n’est pas ce qu’est MySpace qui est intéressant. C’est ce qu’il permet. Avec ses quarante millions d’internautes qui restent chaque mois en moyenne plus de deux heures sur le site à socialiser et à crier ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, MySpace est un moteur à business en puissance. Une machine sur laquelle on devrait pouvoir brancher toute une série de services, de médias et surtout de nouveaux projets.» Parmi ceux-ci, justement, le probable futur jackpot de Rupert Murdoch proposera sous peu un service de news entièrement personnalisées, basé sur le contenu de la page perso des membres de la communauté. «Car finalement, poursuit Benoît, et c’est là la force extraordinaire de ce service, MySpace est surtout une façon ludique de faire remplir à des millions de gens un formulaire d’une rare profondeur sur ses goûts, ses choix, ses relations. Une précieuse base de données». Le coup marketing du 21e siècle?

4 commentaires:

The Mole a dit...

Merci pour le lien... et l'appréciation! Va falloir que j'assure, là!

David a dit...

;-)

damien a dit...

thanx aussi pour le lien, ton flux rss était bloqué dans mon netvibes depuis quelques jours .. sorry d'arriver à la bourre :)

David a dit...

de rien ;-)
Oui, depuis que je suis passé sur Feedburner, il y a quelques mois déjà, mon flux est plus lent que le flux primaire de Blogger (quasi immédiat, lui, comme un mail). Il se bloque même de temps à autres, selon les lecteurs de flux... La rançon du service à l'oeil, je suppose...