mercredi 20 juin 2007

Votre marque de voiture se soucie-t-elle vraiment du climat?

Au-delà des publicités tapageuses des constructeurs surfant abondamment sur la «vague verte», votre marque de voiture se soucie-t-elle vraiment du climat? La Fédération européenne pour le transport et l’environnement (T&E), un lobby environnemental qui fédère à Bruxelles 49 ONG de 21 pays, a récemment publié le top 20 des constructeurs les plus «engagés» sur ce plan (cliquer sur le tableau ci-dessous).


Pour mémoire, l’industrie automobile a signé, en 1998, un «accord volontaire» avec la Commission européenne pour atteindre l’objectif de 140 g de CO2 par kilomètre, en moyenne, pour tous les nouveaux modèles mis sur le marché en 2008. Un objectif intermédiaire avant celui de 120 g/km en 2012, lequel a été récemment miné par le lobby automobile qui a réussi à le faire «descendre» à 130 g/km. On sait aujourd’hui que l’objectif intermédiaire de 140 g/km ne sera pas atteint: les constructeurs n’ont pas, globalement, réalisé les innovations technologiques qu’ils avaient promis de développer pour réduire la consommation de leurs véhicules.
Détail piquant, T&E s’est procuré une note interne de la Commission qui montre que celle-ci s’est engagée, vis-à-vis du lobby automobile, à ne jamais publier les différents résultats intermédiaires marque par marque. Histoire de ne pas pointer du doigt les plus mauvais élèves… et de ne pas nuire à leur sacro-sainte compétitivité. Il ne faudrait tout de même pas que l’écologie nuise à l’économie...
T&E a au contraire estimé qu’un tel classement serait très utile pour que le consommateur puisse favoriser les marques ayant respecté leurs engagements. L’association s’est donc procuré – à ses frais – les données de l’année 2005 afin d’en déduire les progrès accomplis par chacune des 20 marques ci-dessus (qui pesaient 90% des ventes dans l’Union des 15 en 2005).
Résultats? Pas brillants: seuls Fiat, Citroën et Renault ont atteint ou sont en mesure d’atteindre l’objectif de 140 g de CO2 par km en 2008. Dernier de classe: Nissan. Quant à Volvo, BWM et Mercedes, ils se hissent, dans l’ordre, sur le peu glorieux podium des marques les plus polluantes.

6 commentaires:

David a dit...

Cet articulet fait actuellement la "une" de NaturaVox. Je vous invite à publier vos commentaires éventuels sur NaturaVox.

Franz a dit...

Curieux ce tableau, je trouve. Même si elle se préoccupe «vraiment» (hum) du climat, «ma» marque de voiture reste quand même une marque de voiture. C'est-à-dire que dans l'hypothèse où je serais le propriétaire d'une voiture, celle-ci n'en serait pas moins équipée d'un moteur à explosion consommant des énergies fossiles, sans parler de la pollution considérable que suscite sa fabrication, etc. Et jusqu'à nouvel ordre, aucune technologie ne permet d'éviter ces menus inconvénients.

Tout ça pour dire que la meilleure voiture est celle qui n'existe pas. Je ne dis pas qu'il est inutile que ceux qui sont vraiment contraints d'acheter une voiture choisissent une marque qui fait un peu moins mal les choses que d'autres, mais bon, l'essentiel reste de réorganiser l'espace et les modes de vie en faveur des transports doux et des transports en commun. Hors de cela, pas de salut.

Je n'apprends évidemment rien à l'auteur du mémorable article La voiture propre n'existe pas mais je m'étonne de trouver ici ce hit-parade un peu trop complaisant. Non ?

David a dit...

Complaisant ce hit-parade où 17 marques sur 20 sont pointées du doigt pour ne pas avoir atteint l'objectif volontaire que se sont fixés conjointement l'ACEA (le lobby des constructeurs européens) et la Commission?

Complaisant, ce hit-parade sorti des limbes administratives par un lobby environnementaliste, alors même que la Commission a fait le choix politique de "protéger" les marques sur ce délicat sujet?

Complaisant, ce hit-parade qui montre que seuls Fiat, Citroën et Renault ont respecté leur engagement? C'est une réalité objective qui peut guider - en attendant la nécessaire mutation des transports en commun européens, nous sommes d'accord - le choix d'un véhicule qui reste AUJOURD'HUI inévitable pour un grand nombre de personnes qui en dépendent quotidiennenement. Cela dit, tu liras dans le prochain Imagine que Fiat et Renault en prennent pour leur grade lorsqu'ils parlent d'écologie dans leurs publicités.

Soyons critiques, mais restons pragmatiques.

Damien a dit...

Article intéressant, merci David. Petite remarque cependant, derrière certaines moyennes peu avantageuses peuvent se cacher quelques "bonnes voitures".. Je pense à la Toyota Prius ou à l'Aygo, qui sont largement en dessous de la moyenne.. La marque compte donc, mais le modèle aussi!

David a dit...

@Damien:
tout à fait d'accord, il ne s'agit que d'une moyenne tous modèles confondus. Le Guide CO2 du SPF Santé publique & Environnement reste incontournable en cas d'achat, en attendant que politiquement tout soit fait pour qu'on puisse se passer d'une voiture...
Sur la Toyota Prius, attention, tout ce qu'hybride n'est pas or...

Anonyme a dit...

22/08/2207
Les Japonaises plus propres que les Européennes

Les voitures de marque japonaise sont plus respectueuses de l'environnement que leurs cousines européennes, à en croire un rapport présenté par le club automobile allemand VCD. Sur un ensemble de 350 véhicules testés, les modèles les plus écologiques sont de marques Daihatsu, Honda, Mazda et Toyota.


Dans le classement tous segments confondus établi par VCD, on retrouve ainsi sept nippones aux dix premières places. Le top 10 est dominé par la Honda Civic Hybrid et la Toyota Prius, deux berlines associant moteur thermique et batteries électriques.

Deux Françaises et une Allemande sont parvenues à se hisser dans le haut du classement. La Citroën C1 et la Peugeot 107 occupent respectivement les 3ème et 4ème places, tandis que la Polo BlueMotion de Volkswagen est 7ème.

Sur 350 voitures, VCD ne recommande que 71 modèles, dont les émissions en dioxyde de carbone ne dépassent pas la barre des 140 grammes par km.

Le classement de VCD prend en compte plusieurs données, comme la consommation en carburant, les émissions en CO2 ou encore le bruit émis par le véhicule en mouvement.